Capture d e cran 2021 11 28 a 18 44 44

STOP au Black Friday

Black Friday : nid à promotions bidon

Un désastre écologique

Cette année, le Black Friday a eu lieu le 26 novembre en France. 

Comme chaque année, les consommateurs se sont ruer dans les magasins et sur les plateformes d’e-commerce pour espérer faire une bonne affaire.

Alors que la question de la légitimité du Black Friday est plus que jamais d'actualité, l’UFC-Que Choisir refuse de s’en remettre à la seule bonne volonté des professionnels et agit auprès des enseignes et des pouvoirs publics pour que le cadre légal soit pleinement respecté. Elle met en demeure 6 enseignes (Boulanger, Fnac, Rue du Commerce, Darty, Cdiscount, Rakuten) de cesser sans délai leur campagne publicitaire, et presse le gouvernement de transposer la législation européenne sur l’encadrement des réductions de prix.

L’UFC-Que Choisir n’a de cesse, année après année, d’épingler les nombreuses arnaques et fausses promo du Black Friday. En effet, en l’absence de cadre légal sur les réductions de prix, les professionnels augmentent leurs prix quelques semaines avant l’opération, afin de claironner des promotions « Black Friday » sur ce prix plus élevé. C’est un tour de passe-passe invisible pour les consommateurs qui permet de leur vendre les mêmes produits, aux mêmes prix tout en leur faisant croire à une bonne affaire.

Evidemment, les défenseurs de ce piège marketing particulièrement efficace avanceront que les consommateurs ont toujours le choix de ne pas acheter. Mais, en l'absence d'éléments permettant de se rendre compte de la réalité des économies annoncées, la quête légitime de bonne affaire a toutes les chances de se transformer en illusion ? L’UFC-Que Choisir s’est battue pour obtenir un renforcement du cadre légal et entend, particulièrement dans le contexte actuel, qu’il soit pleinement respecté.

Amendement « Batho » : stop au matraquage publicitaire pour le Black Friday

Dans le cadre de la Loi anti-gaspillage, un amendement assimilant les publicités pour le Black Friday ou autres opérations commerciales coordonnées à des pratiques commerciales trompeuses a été adopté. Pourtant un an après, force est de déplorer la kyrielle d’annonces et de messages pour le Black Friday… Décidée à faire respecter la Loi, notre association a mis en demeure 6 enseignes faisant de la vente en ligne, afin qu’elles mettent fin à leurs campagnes publicitaires insensées et à l'instrumentalisation des prix et promotions.

Encadrement des réductions de prix : l’urgence de la transposition de la Directive omnibus

Surtout, l’UFC-Que Choisir refuse que perdure la loi de la jungle tarifaire. Pour rappel, la loi française prévoyait un encadrement des réductions de prix avec un prix de référence avant qu’elle ne soit abrogée en raison d’un arrêt de la Cour de Justice européenne. Cette absence de cadre est un terreau fertile pour les pratiques trompeuses et arnaques en tout genre. L’UFC-Que Choisir a obtenu que l’ancienne législation française sur l’encadrement soit reprise dans la législation européenne, via la Directive omnibus que la France doit maintenant transposer… Plutôt que d’en appeler à la bonne volonté des commerçants, qu’attend le gouvernement pour restaurer sans délai un encadrement légal des réductions des prix ?

Au vu de ces éléments, et dans le contexte extraordinaire que nous connaissons, l'UFC-Que Choisir :

Met en demeure Boulanger, Fnac, Rue du Commerce, Darty, Cdiscount, Rakuten de cesser leur campagne publicitaire illégale pour le Black Friday ;

Presse le gouvernement de transposer la Directive omnibus sur l’encadrement des prix afin de restaurer le prix de référence évitant aux consommateurs d’être manipulés et d’instaurer une concurrence loyale et équilibrée entre les différentes formes de distribution.

Certes, le Black Friday peut être intéressant d’un point de vue économique, mais cet événement représente aussi un vrai désastre écologique et environnemental.

Et ce alors que depuis quelques années, la France entre dans une démarche écologique de plus en plus forte pour protéger notre planète et limiter le réchauffement climatique. Notre participation à la COP26 à Glasgow l’a encore prouvé.

Comme tous les ans, les Français vont littéralement surconsommer pendant cette période. 

Ils vont acheter des objets inutiles qui ne serviront au mieux qu’une seule fois et auront de grandes chances de se retrouver au grenier ou à la poubelle dans à peine quelques semaines ou quelques mois.

Or, un rapport récent de l’ONU a prouvé que seulement 20 % des appareils électroniques jetés pouvaient se recycler. Tandis que leur durée de vie a diminué de moitié en seulement une décennie.

Il est désormais plus facile d’acheter un nouveau téléphone que de chercher à le réparer.

Et c’est tout simplement une aberration écologique !

Et ne parlons pas des vêtements. 

Selon un rapport de Greenpeace publié en 2016, la production de vêtements a doublé en une décennie. Pourtant, deux tiers des Français assument avoir au moins un vêtement neuf avec encore l’étiquette dans leur garde-robe.

La fash-fashion est un véritable fléau pour notre société. 

Il suffit de se rendre dans les boutiques de prêt-à-porter pour le constater. Chaque mois, les vêtements changent et la mode évolue. Les personnes qui souhaitent rester dans la tendance se trouvent dans l’obligation d’acheter toujours plus de vêtements. 

Chaque consommation excessive déclenche une forte émission de CO2 et une montée de l’empreinte carbone de chaque personne qui y participe.

En effet, pour prévoir le Black Friday, les entreprises vont surproduire et utiliser davantage d’électricité, de gaz, d’eau, de moyens de stockage et de transports etc.

Et pour couronner le marché, de nombreuses plateformes d’e-commerce font durer cet événement sur plusieurs semaines. Amazon a débuté une opération « Black Friday avant l’heure » dès le 8 novembre. Or, comme son nom l’indique, l’événement ne doit normalement avoir lieu qu’une seule journée.

Un désastre écologique, Il faut absolument mettre des règles en place !

Nous demandons donc :

La suppression du Black Friday ou du moins sa limitation à une seule journée dans l’année.

L’instauration de limites aux entreprises en leur interdisant de surproduire avant cette journée.

L’application de sanctions aux entreprises qui ne respectent pas les règles évoquées ci-dessus.

Faire des économies ne doit pas vouloir dire sacrifier la planète. Signez cette pétition pour que le gouvernement puisse prendre des mesures le plus vite possible pour empêcher une nouvelle année de surconsommation et de surproduction !

 Pétition leslignesbougent.org

Blzck Fridy STOP

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !