Science / tech - Blog

  • un mois et demi après son inauguration, l'usine de fabrication d'hydroliennes de Naval Energies à Cherbourg va fermer par manque d'investissements.

    Seulement un mois et demi après son inauguration, l'usine de fabrication d'hydroliennes de Naval Energies à Cherbourg va fermer par manque d'investissements.

    Lire la suite

  • Robots tueurs autonomes : malgré une mise en garde de l'ONU, leur développement continue

    Les robots tueurs autonomes, animés par des intelligences artificielles ne sont plus des cauchemars de films de science-fiction mais une réalité. Une conférence de l'ONU a eu lieu ce printemps pour tirer la sonnette d'alarme. Contre toute attente, des départements de Défense persistent à développer ces matériels futuristes et semblent vouloir les envoyer sur le terrain rapidement, Russie et États-Unis en tête. Bilan provisoire sur l'émergence des "Terminators".

    Lire la suite

  • Vous en avez assez de casser votre écran ? Voici l’airbag pour smartphone !

    En Allemagne, un étudiant a trouvé la solution pour éviter les bris des écrans de smartphone : un airbag capable de se déplier en cas de chute ! Une invention géniale.

    Lire la suite

  • IOS : ce hacker peut accéder aux contenus de votre iPhone, même verrouillé

    Matthew Hickey, expert en sécurité, a découvert un moyen de contourner les mesures de sécurité d’iOS qui empêche un attaquant d’essayer tous les codes envisageables pour déverrouiller un iPhone ou un iPad. Une faille « facile à trouver », selon lui.

    Lire la suite

  • Stephen Hawking, superstar de la physique, est décédé

    Cloué dans un fauteuil et s'exprimant via un ordinateur, Stephen Hawking, qui est décédé mercredi à 76 ans, a consacré sa vie à percer les secrets de l'univers et à populariser l'astrophysique.

    Sa silhouette désarticulée, recroquevillée dans un lourd fauteuil électrique, était connue dans le monde entier. Incapable de marcher ni de parler depuis des dizaines d'années, le physicien anglais Stephen Hawking est mort ce mercredi à l'âge de 76 ans. «Nous sommes profondément attristés par la mort aujourd'hui de notre père adoré», ont déclaré ses enfants Lucy, Robert et Tim dans ce texte publié par l'agence britannique Press Association. «C'était un grand scientifique et un homme extraordinaire dont l'œuvre et l'héritage vivront encore de nombreuses années», ont-ils écrit.

    Lire la suite

  • Un malware bancaire préinstallé dans des smartphones neufs

    Catalogué en tant que cheval de Troie bancaire, un malware a été préinstallé dans une quarantaine de modèles de smartphones Android à bas prix. Pour une quarantaine de modèles de smartphones Android, l'éditeur russe de solutions de sécurité Doctor Web a publié un rapport selon lequel le firmware est infecté par un malware. Parmi les fabricants concernés : Leagoo, Doogee, Vertex, Haier ou encore Cherry Mobile.

    Lire la suite

  • En Russie, les juges pourront rouler ivres sans risque de contravention

    Les policiers russes n'auront plus le droit d'arrêter les juges ayant commis des infractions routières, même en cas de conduite en état d'ébriété, selon un amendement au Code de la route entré en vigueur vendredi 9 février.

    Cette nouvelle réglementation, publiée au journal officiel russe, interdit à la police de la route de retirer aux juges leur permis de conduire, de les soumettre à des contrôles d'alcoolémie et même de dresser un procès-verbal en cas d'infraction routière.

    Lire la suite

  • Bob, le mini lave vaisselle qui se range dans un placard après usage

    Deux ingénieurs français ont crée un mini lave vaisselle adapté aux petits espaces, qui n'a pas besoin d'arrivée d'eau, et qui lave en un temps record. Une machine voulue éco responsable et résolument anti- obsolescence programmée.

    Lire la suite

  • Télécharger les patchs Windows contre les failles Spectre et Meltdown

    Une importante faille de sécurité a été découverte et concerne tous les ordinateurs et objets connectés du monde. Il ne s’agit pas d’une brèche dans un système d’exploitation mais d’un problème qui touche les processeurs, c’est-à-dire le moteur de chaque ordinateur, serveur et même les voitures connectées. Des attaques de type side channel attacks sont ainsi possibles. Pour une fois, diront les détracteurs, ce ne sont pas uniquement les produits Microsoft qui sont visés par ce trou de sécurité. Il s’agit ici d’une faille de sécurité découverte dans les processeurs des marques Intel, AMD, Apple, Qualcomm, IBM et ARM. Ces constructeurs sont ceux qui fournissent les microprocesseurs de tous nos appareils.

    Lire la suite

  • Leur fils souffre d'épilepsie, Enedis accepte de retirer le compteur Linky après un an de bataille

    Voilà quasiment un an qu'une famille auscitaine se battait contre Enedis pour faire ôter de sa propriété le nouveau compteur Linky. Chose faite hier matin !

     

    Selon la famille, leur fils gravement malade et souffrant notamment d'épilepsies, ne supportait pas les ondes émises par l'appareil. «Au moins 50 % de crises en plus», souligne Emmanuelle Humeau, la maman, qui précise : «Notre fils est atteint d'épilepsie rebelle et étant ultrasensible à tout ce qui l'entoure, les courants porteurs en ligne, CPL, n'ont pas fait exception. Notre fils a eu un changement de comportement net qui s'aggravait de semaine en semaine : hyperactivité, grande fatigue… Ainsi qu'une recrudescence des crises d'épilepsie.»

    Lire la suite

  • iPhone ralentis : comment faire remplacer sa batterie pour 29 euros

    Apple a lancé un programme de remplacement des batteries des iPhone 6, 6s, SE et 7 pour 29 euros. On vous explique comment en bénéficier.

     

    Attention : les batteries en rupture de stock dans certains Apple Store

    Pas d'urgence à remplacer sa batterie

    Rappelons-le : il n'y a pas d'urgence à changer la batterie de son iPhone. Si Apple a officiellement reconnu avoir ralenti ses anciens appareils, la différence ne se fait pas forcément sentir et il n'y a aucun danger à conserver sa batterie actuelle. D'autant plus que le programme de remplacement dure jusqu'à décembre 2018, et que tous les clients concernés auront le temps d'être pris en charge d'ici là. 

    Enfin, Apple devrait sortir d'ici quelques jours une mise à jour d'iOS indiquant l'état de la batterie de son appareil. En fonction du résultat affiché, c'est à ce moment là qu'il faudra décider de prendre rendez-vous en magasin, ou d'attendre encore un peu.

    Lire la suite

  • Le tardigrade, cet animal quasi indestructible

    • Par belette0
    • Le mercredi, 04 Octobre 2017

    Des chercheurs affiliés à deux célèbres universités ont découvert que les tardigrades peuvent survivre à la collision entre la Terre et un astéroïde

    Lecteur de texte ci-desous :

    Animal microscopique, le tardigrade (Milnesium tardigradum) fascine les scientifiques : il est capable de résister des décennies entières à des conditions extrêmes de température (pratiquement du zéro absolu à 150 °C), de pression ou de dessiccation. Qu'il soit conservé dans un congélateur ou dans le vide spatial... il survit ! Des chercheurs de l'université de Harvard (Etats-Unis) et de Cambridge (Royaume-Uni) ont même découvert que cet animal est capable de survivre aux conséquences d'une collision de la Terre avec un astéroïde géant, contrairement à l'Homme !

    "La vie est susceptible de se poursuivre bien après notre disparition"

    Dans une étude présentée le 14 juillet 2017 dans la revue Scientific Reports, les chercheurs affirment que le tardigrade Letardigrade"survivra jusqu'à la mort du Soleil". Il peut donc espérer vivre encore pendant "au moins 10 milliards d'années", ajoute l'équipe de scientifiques. Ce qui n'est sûrement pas notre cas : "Sans notre technologie qui nous protège, nous sommes une espèce très fragile. De petits changements dans notre environnement peuvent avoir des conséquences dramatiques pour nous", relève Rafael Alves Batista, co-auteur de l'étude dans un communiqué. "Il y a beaucoup d'espèces plus résistantes sur Terre. La vie est susceptible de se poursuivre bien après notre disparition", souligne-t-il.

    Seul un astéroïde vraiment massif pourrait en venir à bout

    Dans cette étude, les chercheurs ont étudié les chances de survie de cet animal hors du commun à plusieurs catastrophes venues du ciel, au moyen de plusieurs modèles mathématiques : la collision avec un astéroïde mais également l'explosion cataclysmique d'une étoile et des sursauts de rayons gamma. Selon les simulations, une collision entre la Terre et un gros astéroïde devrait obscurcir le ciel, déclenchant une sorte d'"hiver" brutal, avec une forte baisse de la luminosité et une chute des températures.

    Cela pourrait être catastrophique pour les espèces dépendantes de la lumière mais la vie continuera près des cheminées volcaniques au fond des océans qui fourniront de la chaleur. Seuls les astéroïdes vraiment massifs, susceptibles de faire bouillir les océans, pourraient menacer les tardigrades. Mais aucun n'est susceptible de croiser l'orbite de la Terre, soulignent les chercheurs.

    L'explosion cataclysmique d'une étoile (supernova) et les sursauts de rayons gamma (brefs jets de matière très énergétiques) se traduiraient notamment par d'intenses radiations qui détruiraient la couche d'ozone protectrice. "Mais la vie pourrait continuer sous Terre", considère l'étude. Et la probabilité qu'une étoile massive explose assez près de la Terre pour tuer toutes les formes de vie sur la planète est "négligeable", toujours selon elle. Même chose pour les sursauts de rayons gamma

    L'espoir de trouver des "tardigrades martiens"

    La résistance des tardigrades aux événements cosmiques "semble démontrer, que la vie, une fois qu'elle a démarré, est difficile à éliminer complètement", souligne David Sloan, de l'Université d'Oxford, co-auteur de l'étude. Un constat qui nourrit l'espoir de trouver un jour de la vie ailleurs que sur notre planète. "Il est possible qu'il y ait d'autres espèces résistantes ailleurs dans l'univers", estime Rafael Alves Batista. Sur Mars, "des organismes dotés d'une tolérance aux radiations et aux températures similaires à celle des tardigrades pourraient survivre longtemps sous la surface", relève Abraham Loeb, du département astronomie de Harvard et co-auteur de l'étude. Les probables océans sous la surface d'Europe, satellite naturel de Jupiter, pourraient eux aussi présenter des conditions similaires à celles des océans terrestres profonds où l'on trouve des tardigrades.

    Surviletardigrade

    Source : sciencesetavenir.fr, Wikipédia

    Une nouvelle étude menée par des chercheurs japonais révèle le secret des tardigrades. De minuscules invertébrés souvent considérés comme l'animal le plus indestructible de la planète. La clé de leurs super-pouvoirs pourrait même un jour aider à protéger les humains. Mi-chenille, mi-rat taupe nu, le tardigrade ne paie pas de mine. Pourtant, cette créature également appelée "ourson d'eau" est une véritable merveille de la nature. Elle affiche en effet une résistance assez incroyable. Rayons X, températures extrêmes, vide de l'espace et même déshydratation totale, cette créature survit à tout. A tel point que certains la considèrent comme quasi indestructible. Pour en arriver là, cet invertébré aquatique mesurant moins de 1,5 mm de long, a mis au point de remarquables facultés de défense. Notamment celle de réparer son propre ADN lorsqu'il est endommagé. Aujourd'hui, des chercheurs japonais pensent avoir compris l'origine d'une telle prouesse. En séquençant l'ADN du tardigrade, ils ont découvert l'existence d'une protéine très particulière. D'après Takuma Hashimoto et ses collègues de l'Université de Kyoto, cette protéine serait spécifique au tardigrade et protègerait son ADN des dommages liés aux radiations. C'est pourquoi les scientifiques l'ont baptisée "Dsup" pour "damage suppressor". Une protéine transférée sur des cellules humaines "Nous étions vraiment surpris", a expliqué Takuma Hashimoto, biologiste et principal auteur de l'étude parue dans la revue Nature Communications. Pour ses recherches, l'équipe a jeté son dévolu sur une espèce particulière de tardigrade, Ramazzottius varieornatus, considérée comme l'une des plus résistantes de toutes. Mais ils ne se sont pas arrêtés là. Pour étudier son génome, ils en ont inséré une partie dans des cellules humaines qu'ils ont ensuite exposées à des radiations notamment. C'est de cette façon qu'ils ont découvert l'origine de la résistance de l'animal, la protéine Dsup. D'après les résultats obtenus, cet ajout d'ADN aurait réduit de 40% les dommages liés aux radiations sur les cellules. "C'est étonnant de constater qu'un seul gène est suffisant pour améliorer la tolérance aux radiations de cellules humaines en culture", a commenté pour l'AFP, Takuma Hashimoto. Mais la protéine protègerait aussi les cellules de la dessiccation, autrement dit d'une déshydratation extrême. Un processus qui affecte l'ADN de la même façon que les radiations. Un futur bouclier pour l'ADN humain ? "On pense que la tolérance envers les rayons X découle de l'adaptation de l'animal à une sévère déshydratation", a commenté pour Nature, Takekazu Kunieda, biologiste moléculaire et membre de l'équipe de recherche. Ainsi, la possibilité que les facultés du tardigrade puisse être transférée sur des cellules humaines ne manque pas d'intéresser les spécialistes. "Nous pensons que la protéine pourrait fonctionner comme un bouclier physique et protéger l'ADN humain contre les attaques", a relevé Takuma Hashimoto. Une possibilité d'autant plus cruciale que la protection et la réparation de l'ADN jouent un rôle fondamental pour les cellules et dans la survenue de certaines maladies comme le cancer. Cette découverte pourrait ainsi un jour ouvrir une voie pour améliorer la résistance des cellules humaines voire "bouleverser notre façon de préserver les matériaux biologiques", d'après Takekazu Kunieda. Néanmoins, le tardigrade est encore loin d'avoir révélé tous les secrets de son incroyable résistance, comme l'a confirmé un autre expert des oursons d'eau. D'après Ingemar Jönsson, scientifique de l'Université Kristianstad en Suède, "nous commençons juste à explorer le trésor génétique que le génome du tardigrade représente".

    En savoir plus : http://www.maxisciences.com/tartigrade/le-tardigrade-cet-animal-quasi-indestructible-revele-la-cle-de-ses-super-pouvoirs_art38760.html
    Copyright © Gentside Découverte
    Une nouvelle étude menée par des chercheurs japonais révèle le secret des tardigrades. De minuscules invertébrés souvent considérés comme l'animal le plus indestructible de la planète. La clé de leurs super-pouvoirs pourrait même un jour aider à protéger les humains. Mi-chenille, mi-rat taupe nu, le tardigrade ne paie pas de mine. Pourtant, cette créature également appelée "ourson d'eau" est une véritable merveille de la nature. Elle affiche en effet une résistance assez incroyable. Rayons X, températures extrêmes, vide de l'espace et même déshydratation totale, cette créature survit à tout. A tel point que certains la considèrent comme quasi indestructible. Pour en arriver là, cet invertébré aquatique mesurant moins de 1,5 mm de long, a mis au point de remarquables facultés de défense. Notamment celle de réparer son propre ADN lorsqu'il est endommagé. Aujourd'hui, des chercheurs japonais pensent avoir compris l'origine d'une telle prouesse. En séquençant l'ADN du tardigrade, ils ont découvert l'existence d'une protéine très particulière. D'après Takuma Hashimoto et ses collègues de l'Université de Kyoto, cette protéine serait spécifique au tardigrade et protègerait son ADN des dommages liés aux radiations. C'est pourquoi les scientifiques l'ont baptisée "Dsup" pour "damage suppressor". Une protéine transférée sur des cellules humaines "Nous étions vraiment surpris", a expliqué Takuma Hashimoto, biologiste et principal auteur de l'étude parue dans la revue Nature Communications. Pour ses recherches, l'équipe a jeté son dévolu sur une espèce particulière de tardigrade, Ramazzottius varieornatus, considérée comme l'une des plus résistantes de toutes. Mais ils ne se sont pas arrêtés là. Pour étudier son génome, ils en ont inséré une partie dans des cellules humaines qu'ils ont ensuite exposées à des radiations notamment. C'est de cette façon qu'ils ont découvert l'origine de la résistance de l'animal, la protéine Dsup. D'après les résultats obtenus, cet ajout d'ADN aurait réduit de 40% les dommages liés aux radiations sur les cellules. "C'est étonnant de constater qu'un seul gène est suffisant pour améliorer la tolérance aux radiations de cellules humaines en culture", a commenté pour l'AFP, Takuma Hashimoto. Mais la protéine protègerait aussi les cellules de la dessiccation, autrement dit d'une déshydratation extrême. Un processus qui affecte l'ADN de la même façon que les radiations. Un futur bouclier pour l'ADN humain ? "On pense que la tolérance envers les rayons X découle de l'adaptation de l'animal à une sévère déshydratation", a commenté pour Nature, Takekazu Kunieda, biologiste moléculaire et membre de l'équipe de recherche. Ainsi, la possibilité que les facultés du tardigrade puisse être transférée sur des cellules humaines ne manque pas d'intéresser les spécialistes. "Nous pensons que la protéine pourrait fonctionner comme un bouclier physique et protéger l'ADN humain contre les attaques", a relevé Takuma Hashimoto. Une possibilité d'autant plus cruciale que la protection et la réparation de l'ADN jouent un rôle fondamental pour les cellules et dans la survenue de certaines maladies comme le cancer. Cette découverte pourrait ainsi un jour ouvrir une voie pour améliorer la résistance des cellules humaines voire "bouleverser notre façon de préserver les matériaux biologiques", d'après Takekazu Kunieda. Néanmoins, le tardigrade est encore loin d'avoir révélé tous les secrets de son incroyable résistance, comme l'a confirmé un autre expert des oursons d'eau. D'après Ingemar Jönsson, scientifique de l'Université Kristianstad en Suède, "nous commençons juste à explorer le trésor génétique que le génome du tardigrade représente".

    En savoir plus : http://www.maxisciences.com/tartigrade/le-tardigrade-cet-animal-quasi-indestructible-revele-la-cle-de-ses-super-pouvoirs_art38760.html
    Copyright © Gentside Découverte
  • Oleo Sponge, l’éponge qui va nettoyer nos océans en absorbant les hydrocarbures

    Test grandeur nature. Nettoyer les océans en absorbant le pétrole et le gasoil : c'est l'objectif d'Oleo Sponge (Cédit : Laboratoire national d'Argonne)

    Des chercheurs américains ont développé une sorte d’éponge capable d’absorber le pétrole des océans et de le stocker, pour ensuite le recycler.

    Et si l’on pouvait nettoyer les océans comme on fait notre vaisselle : avec une simple éponge ? C’est ce qu’on inventé des chercheurs américains du Laboratoire national d’Argonne et du bureau des sciences du ministère de l’Énergie des États-Unis. L’Oleo Sponge est capable d’absorber 90 fois son poids en pétrole et en diesel, à la surface mais surtout – grande avancée – en profondeur. Reste alors à l'essorer puis à la réutiliser. Le pétrole, lui, peut être recyclé.

     

    Lecteur de texte ci-desous :

     

    Lire la suite