Fa3cd33c e54a 4c4d 91d6 8a2ad4f14e1f

un mois et demi après son inauguration, l'usine de fabrication d'hydroliennes de Naval Energies à Cherbourg va fermer par manque d'investissements.

Seulement un mois et demi après son inauguration, l'usine de fabrication d'hydroliennes de Naval Energies à Cherbourg va fermer par manque d'investissements.

Fermeture de l'usine d'hydroliennes à Cherbourg : Macron, "le responsable final"

Naval Energies, qui a annoncé un manque de soutien public, est la filiale de la société Naval Group, détenue à 60 % par l'État. Le président de la Région Normandie, Hervé Morin, se dit "terriblement déçu" de ce revirement de situation.

C'est un coup dur en Normandie. Le projet pilote de déploiement de sept hydroliennes au large de Cherbourg est remis en cause : Naval Energies a annoncé l'arrêt de ses investissements dans cette technologie. Une usine de 5.500 m² flambant neuve avait pourtant été inaugurée il y a à peine un mois et demi, mais elle ne produira rien pour le moment, faute de soutien public. 

"Je suis terriblement déçu, la France a décidément du mal avec les énergies renouvelables, déplore sur RTL le président de la Région Normandie, Hervé Morin. Là, on avait un secteur avec une entreprise nationale qui avait été incitée par l'État précédent à développer l'hydraulique en mer". Et pour cause : l’État possède plus de 60% de Naval Group, la société d'industrie marine. Le manque de soutien relève donc d'une décision étatique. 

"Au bout du compte, parce que le ministère du budget et parce que les technocrates qui ont la main sur le pays aujourd'hui expliquent que ça coûte trop cher dans un premier temps, on renonce à une filière industrielle qui a un potentiel gigantesque à l'horizon de dix ans, poursuit Hervé Morin. On est dans un système totalement centralisé. Tout remonte au cabinet de l'Elysée : le responsable final c'est le président de la République ".  

Cherbourg Usine hydroliennes fermeture

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !