Capture d e cran 2017 12 15 a 11 04 49

Le co-voitureur blablacar droguait ses passagères avec du chocolat trafiqué : 18 mois de prison ferme

Le co-voitureur Blablacar de 52 ans qui droguait ses jeunes passagères avec du chocolat a été condamné ce lundi à 18 mois de prison ferme et inscrit au fichier des délinquants sexuels par le tribunal correctionnel de Nantes. Il reconnait les attouchements et dit avoir fait une quinzaine de victimes.

Il ramollissait une tablette de chocolat Côte d'or au soleil, puis il y cachait un comprimé de somnifère. Ça ajoutait du croquant au milieu des morceaux de noisette. Les faits se déroulent de début 2013 à début 2014 sur le trajet Nantes/Saint-Omer. Parmi les victimes Solène, 25 ans, elle habite le Mans.  

 

J'allais en co-voiturage jusqu'à Rouen avec une personne qui semblait très bien, très avenante qui a proposé du chocolat et a été très insistante. J'ai fini par accepter en me disant qu'il allait me laisser tranquille. Je me suis assoupie, ça a duré cinq minutes. Je me suis réveillée, j'ai eu l'impression qu'il avait la main sur ma cuisse. Il a continué à avoir une discussion normale. Je me suis dit qu'il ne s'était rien passé."- Solène, victime de son co-voitureur

Sept victimes retenues

La justice a remonté la piste de sept victimes. Au procès il n'y en avait que deux. Elles ont fait face à leur agresseur. Elles sont jeunes et jolies.  Elles ne l'avaient pas revu depuis les faits. L'une fait spécialement l'aller-retour dans la journée depuis Lille pour assister au procès. L'autre vient du Mans.

Il est à la barre, à quelques mètres devant elles. Cheveux blancs. Duffle coat noir. Ce qui les choque c'est son comportement devant le tribunal. Ce n'est pas l'homme calculateur et intelligent qui les a drogué. Il s'exprime avec difficulté. Il reconnait le mal fait et s'excuse. "Il fait exprès" affirme l'une des victimes. Fébriles, les deux femmes, préfèrent laisser la présidente s'exprimer à leur place. Elle raconte les comprimés de sédatifs introduits dans les tablettes de chocolat ramolli au soleil, au milieu des morceaux de noisette, ça ajoutait du croquant. Les propositions insistantes pour faire manger à ses passagères le côté contaminé, lui prenait l'autre. Puis l'état nauséeux, l'endormissement et le réveil à cause des mains baladeuses. Jambe, cuisse et dans un cas, l'entrejambe. La procureur dénonce un co-voiturage sexuel, des jeunes femmes devenues objet. Elle cite leur noms un à un.  Sept victimes retenues. D'après le co-voitureur il y en a deux fois plus. Les autres n'ont jamais été retrouvées.

Le co-voitureur est condamné à 18 mois de prison ferme et est inscrit au fichier des délinquants sexuels. Il a également obligation de se soigner, et interdiction de co-voiturer à nouveau.

Source France bleu Par :Pascale Boucherie France Bleu Loire Océan

Co-voiturage BLABLACAR Droguait

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !