Violence policière Référendum d’indépendance de la Catalogne

La réponse de l’État espagnol a été cinglante : fermeture des sites webs du référendum par la police espagnole. La fameuse Guardia Civil effectuent des perquisitions dans les rédactions de journaux catalans qui diffusaient la campagne de publicité référendaire. Blocage des comptes bancaire de la Generalitat, mettant fin de facto à l’autonomie du gouvernement catalan. Placement en garde à vue de la moitié des responsables du ministère de l’économie catalan. Pourtant le président Puigdemont ne renonce pas : le référendum est toujours convoqué pour le 1er octobre. La rue soutient le président, des manifestations monstres ont lieu quotidiennement dans toute la Catalogne. Les regards européens sont tournés vers Barcelone.

Le président Puigdemont a promis de déclarer unilatéralement l’indépendance si le oui gagne. Une proclamation qui pourrait arriver quelques heures après la clôture du scrutin. Si le référendum est finalement empêché par l’Espagne, Puigdemont peut utiliser la majorité absolue parlementaire pour déclarer l’indépendance. Accompagné d’un mai 68 version catalane dans les rues de Barcelone. "

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire