Capture d e cran 2019 06 23 a 13 07 43

Des tonnes de mercure sont libérées dans l'atmosphère

Une étude publiée lundi dernier dans le journal Geophysical Research Letters rapporte que le taux de mercure naturel retenu pour le moment par le pergélisol de l'Arctique est 10 fois supérieur à la quantité de mercure produit par l'homme ces 30 dernières années.

Lecteur de texte :

Le dérèglement climatique réchauffe les terres et fait fondre le pergélisol, libérant ainsi des taux importants de mercure dans l'atmosphère.

« Avant cette étude, on pensait que le pergélisol ne contenait que peu de mercure, » explique le co-auteur de l'étude Kevin Schaefer de l'université du Colorado. « En réalité, non seulement il y a du mercure dans le pergélisol, mais c'est aussi la plus grande réserve de mercure de la planète. »

Ce que l'on ignore pour l'instant, c'est quelle quantité de mercure pourrait être relâchée dans l'atmosphère, sous une forme qui pourrait être toxique pour les Hommes.

Le dégel du pergélisol de l’Arctique

Le sol de l’Arctique est le plus important réservoir de carbone de la planète. Pourtant, lorsque l’on parle de la fonte de la banquise, on omet le plus souvent d’évoquer le dégel du pergélisol. Si ce sol venait à dégeler totalement et libérer ses réserves de gaz à effet de serre, les températures moyennes pourraient alors augmenter de 12 °C.

Des quantités importantes de mercure sur le point de se libérer

Une étude a été publiée lundi dans le journal Geophysical Research Letters. Celle-ci révèle que le taux de mercure naturel prisonnier du pergélisol de l’Arctique est aujourd’hui dix fois supérieur à celui produit par l’humain les trente années passées. À l’heure actuelle, le réchauffement climatique fait rapidement fondre le pergélisol. Ainsi, des taux importants de mercure se libèrent dans l’atmosphère.

Avant que cette étude ne soit menée, les experts pensaient que le sol de l’Arctique contenait très peu de mercure. Ils se trompaient, et de très loin puisqu’il s’agit de la plus grande réserve mondiale de ce métal. Pour l’instant, ils ignorent encore si cette forme de mercure sera toxique pour l’homme et quelles quantités seront libérées dans l’atmosphère. Le mercure, sous certaines formes, est une puissante neurotoxine.

Mercure atmosphére glace Fonte Anrctique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !