Non harcelement

Une photo c’est perso, la partager c’est harceler

Qu’est-ce que le sexting non consenti / revenge porn ?

Le revenge porn ou vengeance pornographique se caractérise par un contenu sexuellement explicite qui est publiquement partagé en ligne sans le consentement de la personne apparaissant sur le contenu, dans le but de se venger.

Jean Pierre Bellon, fondateur de l'association pour la prévention des phénomènes de harcèlement entre élèves, nous explique ce qu'est le sexting et le sexting "non consenti"

Diffusion de sexting non consenti : « les responsables, ce sont ceux qui (re)partagent et commentent méchamment ! »  par Aurélie Latourès, du  centre Hubertine Auclert 

« Ce qui est inadmissible et répréhensible dans le clip diffusé à l’occasion du 8 novembre 2018, c’est l’usage qui a été fait de ces images: à savoir à la fois leur diffusion sans le consentement mais aussi les repartages et les commentaires dégradants ou humiliants qui y sont associés, qui peuvent contribuer à diffuser des rumeurs. Plutôt que de culpabiliser les filles pour ces contenus, il est important de replacer la responsabilité auprès du diffuseur et des relayeurs : diffuser des contenus sans l’accord de la personne est une atteinte à la vie privée, propager des rumeurs, des insultes, peut avoir des conséquences graves pour les victimes. Le consentement, c’est important aussi en ligne ! Le consentement est l’accord volontaire qu’une personne donne au moment de participer à une activité. En ligne, tout se passe très vite en un seul clic, en oubliant souvent le consentement ! Il est important que chacune et chacun restent libres de pouvoir s’exprimer sans crainte mais aussi libres de conserver sa vie privée et sa dignité. Partager une photo ou vidéo sans l’accord de la personne, c’est une atteinte à ses droits et à sa liberté : la loi condamne ces actes. »

Que dit la loi ?

La loi réprime le « revenge porn », la « vengeance pornographique » par la diffusion de photographies intimes. Depuis la loi du 7 octobre 2016, les documents ou enregistrements présentant un caractère sexuel obtenus avec le consentement de l’intéressé(e) nécessitent son accord préalable avant leur diffusion. À défaut, la loi qualifie la pratique de délit. Les peines prévues sont de deux ans d’emprisonnement et 60 000 euros d’amende.

Quelle réaction adopter en tant qu’adulte ?

Comment Net Ecoute accompagne les victimes ?

Que faire en tant que victime ?

Nah infog en cas de cyberharcelement 768x1086

Télécharger le fichier PDF

Les premiers réflexes :

1 – Garder une preuve

2 – Signaler le contenu

Comment signaler sur Instagram,  Facebook, Snapchat, Youtube)

3 – En parler à un proche (un ami, une personne de ta famille…)

4 – Appeler Net écoute ou le 3020

Si vous avez besoin de conseils complémentaires, ou si vous préférez parler à un adulte que vous ne connaissez pas, contactez le :
N° VERT « NON AU HARCÈLEMENT» : 3020
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h (sauf les jours fériés)
Si le harcèlement a lieu sur internet, appelez le :
N° VERT « NET ÉCOUTE » : 0800 200 000
Gratuit, anonyme, confidentiel et ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h

Je découvre la version longue du clip

Je découvre la version courte du clip

Je partage sur les réseaux sociaux

 

 

Non au harcèlement : campagne 2018

Une photo c’est perso, la partager c’est harceler. Partager des images à caractère sexuel d’une personne sans son consentement est passible de 2 ans de prison et 60 000 euros d’amende. Dites #NonAuHarcèlement en partageant cette vidéo https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/ressources/une-photo-cest-perso-la-partager-cest-harceler/

Publiée par Éducation nationale sur Mercredi 7 novembre 2018

https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/que-faire/

partager photo Campagne harcelement perso harceler

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !