Logo manifestations

Ville, Carte des manifestation du 12, 21 et 23 septembre 2017 et 10 octobre 2017

RIPOSTE CONTRE MACRON.
 

LES MOBILISATIONS DE LA RENTRÉE

 

Bravo les GENS ! ❤️ Belle rentrée sociale du 12 septembre avec des chiffres s'alignant sur la première manifestation contre la loi El Khomri en mars 2016. Beau début ! 1er ligne : chiffres de la police

 

LoikomriloitravailmacronChiffre manif du 12

Autre date prévu de mobilisation le 21, 23 septembre 2017 et 10 octobre 2017

(La carte des manifestations du 21 septembre sera en ligne prochainement)

Greve generale 21 septembre

Manif23 spetembre parisP1210346bis

Onze jours après le 12 septembre, une manifestation à l’appel de la France insoumise aura lieu, à Paris, « contre le coup d’Etat social » de Macron. Cette mobilisation du 23 septembre aura un caractère très politique : elle visera non seulement la loi Travail, mais toute la politique anti-sociale qui se prépare. C’est indispensable. Face à l’offensive globale du gouvernement et la crise générale du capitalisme, qui frappe toutes les couches de la population (sauf les plus riches), on ne doit pas se contenter de lutter « dossier par dossier ». Il faut une réponse globale, une lutte qui fédère la jeunesse et l’ensemble des travailleurs sur un programme de rupture avec les politiques d’austérité – et le système qui les réclame.

 

 

 

L'ensemble des syndicats de fonctionnaires appellent à la grève le 10 octobre

Les fonctionnaires sont appelés à faire grève et à manifester le 10 octobre par l'ensemble de leurs syndicats pour faire entendre leurs "profonds désaccords avec les mesures négatives qui s'accumulent pour la fonction publique", ont-ils indiqué ce vendredi dans un communiqué commun.

L'ensemble des syndicats de la fonction publique appellent les fonctionnaires à la grève et à manifester le mardi 10 octobre prochain, date fixée pour un rendez-vous salarial avec le ministère de l'Action et des Comptes publics.

 

Un front syndical uni

Les fédérations CFDT, CGC, CFTC, CGT, FA (Autonomes), FO, FSU, UNSA et Solidaires dénoncent dans un communiqué commun les "mesures négatives qui s'accumulent" pour justifier cet appel à la grève générale dans la fonction publique. Parmi les motifs de mécontentement, l'intersyndicale cite le gel de la valeur du point d'indice utilisé pour le calcul des salaires, le rétablissement de la journée de carence pour les fonctionnaires ou encore la perspective de 120.000 suppressions d'emplois dans la fonction publique, autant de mesures jugées "inacceptables"par les organisations syndicales.

Le dernier désaccord a visiblement été celui de trop : mercredi les syndicats ont rejeté en bloc une proposition du gouvernement pour compenser la hausse de la CSG.

"Contrairement à l'engagement fait aux agent(e)s public(que)s par Emmanuel Macron dans le cadre de sa campagne présidentielle", la hausse de la CSG "se traduira au mieux par une simple compensation dans la Fonction publique, c'est-à-dire sans gain de pouvoir d'achat pour les agent(e)s !" précise ce vendredi le communiqué syndical commun.

Toutes ces mesures vont impacter fortement et négativement le pouvoir d'achat de plus de 5,4 millions de fonctionnaires et fragilisent les services publics rendus aux usagers. C'est inacceptable"

Les syndicats exigent désormais du gouvernement "une véritable négociation salariale qui aboutisse à une réelle reconnaissance du travail, des missions et de l'engagement professionnel des agent(e)s par une augmentation du pouvoir d'achat et la revalorisation des carrières", ainsi que "le non rétablissement de la journée de carence". Il reste donc un peu moins d'un mois au gouvernement pour trouver des compromis et tenter d'éviter une nouvelle journée de mobilisation sociale le 10 octobre prochain après celles déjà annoncées contre la réforme du Code du travail.

Le gouvernement reculera que face au développement d’une grève reconductible dans un nombre croissant de secteurs économiques.


Des organisations de base vont prendre des initiatives indépendantes de la stratégie des directions confédérales, voire contre la volonté de celles-ci : Le Front Social qui regroupe un nombre croissant de structures syndicales, nous ne devons pas les ignorer, c'est un bon exemple d'une lutte dynamique !
Le degré de combativité des travailleurs se vérifie dans la lutte elle-même. Encore faut-il que cette lutte soit bien dirigée, que la stratégie et les mots d’ordre avancés créent les conditions, à chaque étape, de la plus haute expression de la combativité des salariés.


Le programme de Macron et consorts est une déclaration de guerre aux salariés, aux chômeurs et à toutes les victimes de la crise. L’enjeu est de taille pour le grand patronat . Ils ne vont pas y renoncer parce que quelques dizaines de milliers de personnes manifestent leur mécontentement dans les rues du pays, tel ou tel jour !
Nous devons être unis quelque soit nos préférences syndicales ou notre appartenance politique. Nous devons nous rassembler pour créer la dynamique générale de la lutte, avec un élément central qui créera cette dynamique : la direction du mouvement, ses mots d’ordre et ses perspectives !!

 

Les 1% français rêve de pouvoir embaucher ou jeter les salariés comme ils achètent ou vendent leurs actions ! Ils sont sur le point de l'obtenir si la Loi Travail est imposée par ordonnance !!
Cette contre-réforme correspond aux besoins objectifs de la classe dirigeante française. Si elle est adoptée par ordonnance, les capitalistes pourront accroître sensiblement l’exploitation des salariés, diminuer leurs salaires et les licencier plus facilement. L’enjeu est de taille pour le grand patronat . Ils ne vont pas y renoncer parce que quelques dizaines de milliers de personnes manifestent leur mécontentement dans les rues du pays, tel ou tel jour

Un peu d'humour :

national Gréve générale 12septembre2017 Carte Ville 20septembre2017 23septembre2017 10octobre2017

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire