Trouozone

Pôle Nord Un nouveau trou dans la couche d’ozone apparaît

Ces dernières semaines, des scientifiques de l’agence spatiale allemande (DLR) ont remarqué, grâce à des images du satellite Copernicus Sentinel-5P, un appauvrissement en ozone « exceptionnellement fort » au-dessus de la région du pôle Nord, a rapporté l’ESA, l’Agence spatiale européenne, dans un communiqué ce lundi 6 avril.

Des températures exceptionnellement basses ont fait chuter le niveau d’ozone, provoquant ainsi un trou dans la couche de la stratosphère terrestre qui rend possible la vie sur Terre en absorbant les rayons ultraviolets nocifs du soleil.

Des vents très puissants ont également circulé autour du pôle Nord et ont emprisonné de l’air froid dans le « vortex polaire », un cyclone qui se forme chaque hiver dans la stratosphère arctique.

https://twitter.com/ESA_EO/status/1247068194482917381

Sans lien avec le coronavirus et le changement climatique

« Ce trou est principalement une curiosité géophysique », a expliqué Vincent-Henri Peuch, directeur du service de surveillance de l’atmosphère Copernicus au Guardian .

Le trou n’est pas lié à la pandémie du coronavirus et aux mesures de confinement qui ont considérablement réduit la pollution atmosphérique et les émissions de gaz à effet de serre.

Il est également trop tôt pour dire si les conditions inhabituellement stables du vortex polaire arctique sont liées à la crise climatique, ou si elles font partie de la variabilité météorologique stratosphérique normale.

Bien moindre qu’au-dessus de l’Antarctique

Ce phénomène n’est pas une première mais il est plutôt rare dans le pôle Nord. Le fameux trou de la couche d’ozone évoquée depuis plusieurs décennies se situe principalement au-dessus du pôle Sud, en Antarctique.

« Le trou qu’on observe au-dessus de l’Arctique cette année a une extension maximum de moins d’un million de km2 », détaille le chercheur Diego Loyola, du DLR en Allemagne, dans un communiqué de l’Agence spatiale européenne. Alors que « le trou de l’Antarctique peut atteindre une taille de 20 à 25 millions de km2 pendant une période normale de trois ou quatre mois ».

Il devrait se résorber fin avril

Mais ce trou nordique demeure exceptionnel : « Nous n’avions jamais observé un trou d’ozone de cette taille au-dessus de l’Arctique » depuis 1995, date à laquelle l’Europe surveille de près la couche d’ozone tout autour de la planète, note un responsable du satellite Sentinel-5P, Claus Zehner, auprès de Libération .

Il devrait bientôt se refermer, les températures dans la région du pôle Nord étant en train de remonter. Les scientifiques s’attendent à ce qu’il se résorbe à la mi-avril.

Nord pole couche ozone Trou

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire