L'américain Tupperware raye son usine française de la carte

La consternation et l'émotion règnent vendredi 20 octobre devant les grilles de l'usine Tupperware de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), au lendemain de l'annonce de la fermeture du site en mars 2018. La direction l'a annoncé en comité central d'entreprise le 19 octobre. L'usine emploie 235 salariés permanents.

Recipients culinairesLecteur de texte ci-desous :

La direction du groupe assure que l'usine est en surcapacité. De fait, le modèle des boites plastique hermétiques est fortement concurrentiel, et la mode du plastique n'a plus la même vigueur en France et en Europe occidentale. Denis Gruet, le PDG du groupe, s'indignait en 2017 du mauvais procès fait au plastique.

Le groupe américain assure qu'un reclassement est prévu pour chaque salarié, d'autant que la moyenne d'âge de l'usine dépasse 50 ans. Sonnés, les syndicats déplorent la méthode. "On s'attendait à des mesures sociales, mais pas à une fermeture pure et simple", s'énerve Antonio Constantino, délégué syndical CGT. En quelques années, le nombre de machines est passé de 55 à 8. L'automatisation des lignes a été poussée.

Du côté des élus, encore sous le choc de la suppression de 700 emplois par Michelin en 2013 sur un site distant de quelques kilomètres, Frédéric Augis, maire (LR) de Joué-lès-Tours, regrette d'être mis devant le fait accompli. "Aucune information ne nous a été transmise avant. Ce n'est pas une façon de communiquer en pleine confiance", dit-il.

Confrontée à une baisse récurrente de sa compétitivité face aux usines portugaise et grecque, l'usine française était présentée encore récemment comme l'usine des mélanges de plastique, c'est à dire celle de la matière première. Et comme l'usine des pièces complexes à plusieurs composants. Cette avance technologique a manifestement fondu.

Créée en 1972 pour répondre à l'appétit des Français pour la conservation hermétique, l'usine Tupperware a employé jusqu'à 500 salariés au début des années 90, avant de connaître un repli lent et progressif. 450 salariés y travaillaient au début de la décennie.

 

Belette

Date de dernière mise à jour : vendredi, 20 Octobre 2017

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !