La Chine serait-elle à l’origine du missile aperçu dans le ciel de Los Angeles ?

Par le Wayne Madsen Report

 

 

La Chine a fait jouer sa musculature militaire lundi soir dans le ciel ouest de Los Angeles lorsqu’un sous-marin nucléaire de classe Jin de la marine Chinoise, secrètement déployé depuis sa base de départ souterraine sur la côte sud de l’île de Hainan, a lancé un missile balistique intercontinental depuis les eaux internationales près de la côte sud-Californienne. Des sources du Wayne Madsen Report, issues de services de renseignement en Asie, y compris au Japon, affirment que la conviction des commandements militaires en Asie et des services de renseignement est que les Chinois ont décidé de démontrer aux États-Unis leurs capacités à la veille du sommet du G-20 à Séoul et du sommet de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique à Tokyo, où le Président Obama est attendu durant son voyage de dix jours en Asie.

Le test de missile Chinois signalé à Los Angeles est synonyme de double coup dur pour Obama. Le jour suivant le lancement du missile, la principale agence de notation Chinoise, Dagong Global Credit Rating, a abaissé la note de la dette souveraine des États-Unis de A-plus à AA. Le lancement du missile, allié à l’abaissement de la note financière des États-Unis, représente une démonstration de force militaire et financière par Pékin à Washington.

 La machine médiatique du Pentagone, soutenue par les journalistes des médias qui couvrent régulièrement le Département de la Défense, aussi bien que par les officiels de la Federal Aviation Administration (FAA), la North American Aerospace Defense Command (NORAD), et l’US Northern Command, est maintenant en train d’inventer différentes théories conspirationnistes, notamment la description du panache du missile enregistré en vidéo par le caméraman en hélicoptère de KCBS, Gil Leyvas, aux alentours de 17h Heure du Pacifique, au plus fort de l’heure de pointe du soir, comme étant la traînée de condensation d’un avion. D’autres histoires inspirées du Pentagone affirment que le missile était en fait une fusée amateur ou une illusion d’optique.

 

Les experts sont d’accord pour dire que c’était un missile balistique qui a été lancé près de Los Angeles. Le Pentagone insiste en disant que c’était un avion ou une maquette de fusée.

Il n’y a aucune trace d’un avion  ayant décollé dans la zone de l’aéroport international de Los Angeles ou d’autres aéroports dans la région. La Navy et l’Air Force ont déclaré qu’ils ne conduisaient aucun test de missile depuis des sous-marins, ni depuis des navires et ni depuis la base militaire Vandenberg. La Navy a également exclu la possibilité d’un tir accidentel à partir de l’un de ses sous-marins.

Les experts en missile, y compris ceux de Jane’s à Londres, disent que le panache provient sans aucun doute d’un missile, peut-être lancé par un sous-marin. Le Wayne Madsen Report a appris que le missile était probablement un JL-2 ICBM, qui a une portée de 11200 kilomètres, et a été lancé, à partir d’un sous-marin de classe Jin, d’une direction nord-ouest dans le Pacifique et non à partir du territoire US. La classe Jin peut transporter jusqu’à 12 missiles de ce type.

Des sources de la Navy ont révélé que le missile a pu retomber sur le territoire Chinois et que la National Security Agency (NSA) a probablement intercepté des signaux Chinois de télémesure durant le lancement du missile ainsi que les opérations de tests ultérieurs.

Les Japonais et d’autres agences de renseignement Asiatiques pensent qu’un sous-marin Chinois de classe Jin SSBN a réalisé une « démonstration de force » dans le ciel ouest de Los Angeles.

Des sources de renseignement Asiatiques pensent que le sous-marin a transité depuis sa base de Hainan à travers les eaux du Pacifique Sud, où les capacités de détection de guerre anti sous-marines Américaines ne sont pas aussi efficaces qu’au Nord et qu’au Mid-Pacific, et a ensuite transité au nord vers les eaux près de Los Angeles. Le Pentagone, qui a dépensé des milliards pour des systèmes de défense de missiles balistiques, l’un des projets de prédilection de l’ancien Secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, est clairement embarrassé par la démonstration de force Chinoise.

La Maison Blanche souhaite également minimiser l’histoire du missile avant que le Président Obama ne rencontre son homologue Chinois à Séoul et à Tokyo. Selon des sources de renseignement Japonaises, Pékin a été furieux des exercices militaires de la marine réalisés par les États-Unis et ses alliés dans la mer de Chine du Sud et la mer Jaune, dans ce que la Chine considère comme étant sa sphère d’influence, et le lancement du missile, aux yeux du peuple de Californie du Sud, était une démonstration du fait que la marine Chinoise peut également jouer dans les eaux près de la côte Américaine.

 

 

La route la plus probable du sous-marin de classe Jin depuis la base de Hainan

Pour la Navy US, la démonstration de force Chinoise est un énorme embarras, particulièrement pour la Navy’s Pacific Command à Pearl Harbor, où l’attaque Japonaise le 7 décembre 1941 sur la flotte de Pearl Harbor reste un sujet sensible.

En 2002, la conseillère à la Sécurité Nationale Condoleezza Rice avait râlé à l’idée de visiter le Général Chinois Xiong Guankai, l’adjoint du chef de cabinet pour le renseignement de l’Armée de Libération du Peuple, suite à des remarques qu’il avait prétendument prononcées en 1995, disant que la Chine finirait par utiliser des armes nucléaires sur Los Angeles. Xiong a nié avoir fait de tels commentaires mais la « couverture médiatique » de l’histoire a aidé à convaincre le Congrès de balancer des milliards de dollars supplémentaires dans la défense de missiles balistiques,  ce qui a quelquefois été qualifié de « Star Wars II ».

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !