Les Bourses européennes à nouveau en forte baisse, inquiètes pour AIG

 

 

Le gouverneur de l'Etat de New York David Paterson a indiqué mardi que l'assureur AIG ne disposait que de cette seule journée pour lever les quelque 75 à 80 milliards de dollars qui lui permettraient d'éviter la faillite.
A Paris, le CAC 40 a clôturé en baisse de 1,96% à 4.087,40 points.
L'indice vedette avait chuté de 3,78% à 4.168,97 points lundi, après la quasi-faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers.
L'ensemble des valeurs financières de la place parisienne ont souffert, la Société Générale perdant 4,72% à 55,97 euros, le Crédit agricole lâchant 5,18% à 12,08 euros, BNP Paribas abandonnant 3,05% à 58,08 euros, Axa cédant 2,90% à 19,76 euros, tandis que Dexia terminait en queue des valeurs vedettes, sur un repli de 8,48% à 8,721 euros.
La Bourse de Francfort a de nouveau nettement reculé.
L'indice Dax des trente valeurs vedettes a chuté de 1,63% à 5.965,17 points et le MDax, qui regroupe les valeurs moyennes, 0,82% à 7.699,14 points.
Commerzbank a dévissé de 12,19% à 13,97 euros. La banque avait déjà été lourdement sanctionnée il y a deux semaines après l'annonce du rachat pour 9,8 milliards d'euros de sa rivale Dresdner Bank, une opération jugée risquée par les investisseurs.
Deutsche Bank a reculé de 4,57% à 51,735 euros.
L'assureur Allianz a plongé de 5,61% à 98,06 euros et le réassureur Munich Re de 3,65% à 95,77 euros.
En revanche, le constructeur automobile Volkswagen a bondi de 9,42% à 226,50 euros: son principal actionnaire Porsche a augmenté sa participation à 35%, un seuil qui lui assure un contrôle de fait sur l'assemblée générale de son compatriote.
Le cours de la banque britannique HBOS a été divisé par deux en deux jours, la chute de Lehman Brothers ayant ravivé des doutes concernant la solidité de son financement, ce qui a contribué à précipiter la Bourse de Londres à son plus bas niveau depuis juin 2005.
Après avoir déjà chuté de près de 18% lundi, l'action du groupe bancaire Halifax-Bank of Scotland s'est effondrée de plus de 37% mardi en cours de séance, soit un repli de 51% depuis le début de la semaine.
Elle a terminé en recul de 21,72% à 182 pence, portant son repli à 36% sur deux jours, et à 63% sur les douze derniers mois.
Cet effondrement, accompagné d'une dégringolade générale des autres valeurs bancaires, a fait plonger l'indice vedette de la Bourse de Londres, le Footsie-100, qui a fini en baisse de 3,43%.
Le baromètre de la place londonienne est même tombé en séance en-dessous de la barre symbolique des 5.000 points, du jamais vu depuis la séance du 9 juin 2005.
A Milan, l'indice SP/Mib a reculé de 2,72% à 26.589 points, entraîné par une forte baisse des valeurs financières.
La banque Mediolanum, qui a révélé être exposée à hauteur de 160 millions d'euros à un risque de défaillance de Lehman Brothers, a perdu 7,50% à 2,99 euros, la plus forte baisse de l'indice. Banca Popolare di Milano, exposée à hauteur de moins de 10 millions d'euros, a lâché 3,33% à 6,07 euros.
La première banque italienne UniCredit a perdu 5,17% à 3,44 euros tandis que la deuxième, Intesa Sanpaolo a reculé de 4,76% à 3,61 euros.
La Bourse suisse a clôturé sur un recul de 2,97% de son indice vedette SMI, qui s'enfonce plus profondément sous la barre des 7.000 points à 6.732,93 points.
La banque UBS, l'un des établissements les plus affectés au monde par la crise des "subprime", a touché un plus bas historique en séance après deux jours de plongeon. Le titre de la première banque suisse a chuté de 17,21%, après 14,54% la veille, terminant à 16,64 francs suisses.
A Madrid, l'indice Ibex-35 a fini en légère hausse de 0,11% à 10.911,5 points après une chute de 4,50% lundi.
Les banques qui avaient perdu beaucoup de terrain la veille, demeurent hésitantes avec un recul de 0,18% à 10,81 euros pour BBVA et une légère hausse de 0,09% à 10,57 euros pour Santander tandis que Banco Popular se redresse plus franchement de 4,90% à 7,49 euros.
La Bourse d'Amsterdam a clôturé en baisse, l'indice des principales valeurs AEX perdant 3,59% à 371,2 points.
Le bancassureur belgo-néerlandais Fortis a fini la journée en baisse de 10,93% à 7,43 euros, après avoir perdu brièvement plus de 20% en début d'après-midi. Les autres valeurs financières ont également été durement touchées. L'assureur néerlandais Aegon a perdu 7,20% à 7,10 euros. La banque ING a 8,75% à 18,25 euros. ING a annoncé mardi qu'elle estimait à 100 millions d'euros son exposition à un risque de défaillance de Lehman Brothers. Il perdait 6.38% à 18.72 euros.
L'indice Bel-20 de la Bourse de Bruxelles a clôturé sur une baisse de 3,16% à 2.878,92 points.
La baisse, qui avait atteint les 5% dans l'après-midi, a été entraînée par la chute des trois valeurs bancaires: Fortis de 11,50% à 7,39 euros, Dexia de 8,35% à 8,67 euros, et KBC de 5,53% à 58,59 euros.
Le PSI-20, indice vedette de la Bourse de Lisbonne, a clôturé en légère hausse de 0,09% à 8.103,67 points, poussé notamment par les gains de la banque BES (+1,98% à 8,2 euros) et de Portugal Telecom (+2,41% à 7,2 euros).

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !