Fut nuclaire Dans la Manche, devant la côte française

nucleaire-dechets-cauchemar-png.jpg

   Dans la Manche, devant la côte française, 28 500 fûts remplis de déchets nucléaires datant des années 50 et 60 et toujours intacts gisent au fond de la mer. L'information a été dévoilée par la télévision franco-allemande Arte. A l'aide d'un sous-marin téléguidé, deux fûts ont ainsi été filmés à 124 mètres de profondeur, à quelques kilomètres seulement de la côte française.
Pour les organisations gouvernementales, ces fûts constituent un danger latent car le rayonnement peut atteindre la chaîne alimentaire. Auparavant, on pensait que les fûts étaient rouillés et ouverts, et qu'ainsi les déchets radioactifs étaient dispersés dans l'océan, les rendant inoffensifs. Le reportage d'Arte montre qu'il n'en est rien. Les déchets sont bien intacts au fond de la Manche.
Les gouvernements compétents ne voient aucune raison d'agir. Selon eux, cela concerne une quantité faible et modérée de déchets radioactifs.
La Grande-Bretagne a immergé des fûts jusqu'en 1982 dans la Manche et dans d'autres lieux au nord de l'océan Atlantique. D'autres pays, parmi lesquels la Belgique, la Suisse et l'Allemagne, ont utilisé cette technique interdite depuis lors.

 Ce sont quelques 17.224 tonnes de déchets de faible activité radioactive, sous forme de fûts qui ne demandent maintenant qu'à s'éventrer depuis le temps qu'ils sont dans l'eau de mer, et qui se situent dans la vallée sous-marine de la Manche qui est connu sous le nom de Hurd Deep, juste au nord de l'île d'Aurigny, selon l'Agence internationale de Agence de l'énergie (AIEA). Les fûts britanniques sont estimées contenir 58 trillions de becquerels , tandis que des fûts belges contiendraient eux, 2,4 trillions de becquerels. A titre de comparaison, la limite de l'Union européenne pour l'eau potable est de 10 becquerels par litre !

 

"Nous pensons qu'il ya encore de nombreux barils en bon état là-dessous,« estime le journaliste de la SWR Thomas Reutter pour le SPIEGEL ONLINE, ajoutant qu'il était très peu probable que l'expédition du radiodiffuseur ait découvert que les seuls conteneurs intacts du lot...


Mais ces fûts radioactifs Allemands selon GEN4, ne sont rien comparé aux rejets autorisés à la Hague toute proche : avec 19 PBq de rejets radioactifs “autorisés” par an, l’usine de La Hague peut ainsi se permettre de déverser 327 fois chaque année les 28.500 fûts radioactifs immergés en plus de dix années par les anglais ! 

Une enquête indépendante

Documentaire au budget conséquent pour cette première grande investigation entre la France, la Russie, l’Allemagne et les Etats-Unis, il a bénéficié du soutien de la chaîne indépendante franco-allemande ARTE qui diffusera le film à une heure de grande écoute à 20h45, le 13 octobre, mais aussi du soutien de la société indépendante Bonne Pioche, entre autres productrice de La Marche de L’Empereur, du programme documentaire Rendez-vous en terre inconnue sur France 2, une pipolisation réussie au service d’une sensibilisation écologique.

Dans des conditions idéales, le duo d’enquêteurs suit une logique d’investigation implacable. Reprenant, au début du film, le « parlons-en! » lancé par la PDG d’Areva, Anne Lauvergeon, au sujet de la peur suscitée par les déchets nucléaires, évoquée lors d’un journal télévisé, l’enquête repose alors sur la transparence affichée d’Areva. S’ensuit un périple autour des sites marquant l’histoire des déchets nucléaires. Le reportage de l’équipe de SWR sera diffusé en France le mardi 23 avril à 20h50 sur la chaine ARTE.

=>LE REPORTAGE EN DVD

 

 

Interview-vidéo des auteurs par ATRE : Les auteurs du documentaire « Déchets, le cauchemar du nucléaire », Éric Guéret – qui en est également le réalisateur – et Laure Noualhat, reviennent sur les difficultés à traiter des déchets radioactifs et sur la façon dont ils les ont résolues.

source : Arte, magazine SPIEGEL ON LINE  

Bonne baignade, avec la bénédiction de notre gouvernement pour qui le nucléaire est une solution d'avenir ! et qui ne sait toujours pas quoi faire de ses déchets !

 

A voir =>, l'Association ACRO a relevé une concentration de tritium anormalement élevée dans l'eau de mer dans la baie d’Ecalgrain, à acro.jpgproximité de l’usine AREVA de La Hague (Manche).

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mardi, 23 Avril 2013

 

BeletteBienvenue sur Actu-Belette.com

 

"L'important n'est pas De convaincre mais donner à réfléchir!"

Newslette2Merci de votre fidélité ! Vous êtes + de 390 000 visiteurs à avoir parcouru ce site.

 

 

Retrouvez-nous aussi sur les réseaux sociaux  :