Algues vertes : il existe bien des risques pour l'homme



La ministre de l'Écologie dévoile à Ouest-France les résultats des mesures de la toxicité de ces ulves. Les experts sont catégoriques : les gaz émis peuvent être dangereux.

« Les algues en décomposition présentent un vrai risque pour la santé. » La conclusion de Chantal Jouanno, secrétaire d'État à l'Écologie, est sans appel. Après la mort d'un cheval, le 28 juillet, sur une plage de Saint-Michel-en-Grève, près de Lannion (Côtes-d'Armor), elle a demandé aux experts de l'Institut national de l'environnement et des risques (Ineris) d'effectuer des prélèvements d'air sur les amas d'algues vertes en décomposition. « Il est de la responsabilité de l'État de savoir, estime la secrétaire d'État, avant de confirmer que les conclusions ne sont pas bonnes. On ne va pas faire l'autruche, les résultats sont inquiétants. »

Ouest-France s'est procuré en exclusivité la synthèse de cette étude. Cinq points de prélèvement ont été effectués, le 13 août, dans la baie de Saint-Michel-en-Grève. « Il a été convenu de réaliser cette campagne de mesures d'hydrogène sulfuré dans la zone même de l'accident du cavalier et de son cheval, précisent les experts. Ce secteur vaseux se situe à l'embouchure d'un cours d'eau. Les mesures réalisées montrent de fortes disparités dans les concentrations des gaz en fonction des quantités d'algues et des degrés de décomposition. »

OEdème pulmonaire

Les détections obtenues au-dessus de la vase ont montré des teneurs en hydrogène sulfuré de 200 ppm (parties par million). Dans certains endroits, la concentration avoisine les 1 000 ppm. On sait que, au-delà de 500 ppm, la dose peut être mortelle. Les victimes perdent conscience, montrent des symptômes de détresse respiratoire, avant de faire un oedème pulmonaire. Des méfaits irréversibles.

La dangerosité est donc confirmée. « Quand il y a décomposition d'algues, il y a bien une concentration d'hydrogène sulfuré au-delà des doses mortelles, en conclut Chantal Jouanno, avant d'appeler... à la mesure. Par contre, il n'y a pas de danger pour la santé quand les algues sont dans l'eau ou sont ramassées régulièrement. » Les mesures faites au-dessus des algues vertes déposées par la dernière marée avoisinent les 10 ppm.

Ces résultats tombent à point nommé pour la visite du Premier ministre, François Fillon, à 10 h 30, sur la plage de Saint-Michel-en-Grève, dans les Côtes-d'Armor. Il sera accompagné, outre Chantal Jouanno, de Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, et de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé. Une réunion de travail est notamment prévue avec des élus et des professionnels.

 

 

Source :Ouest france

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !