Phagothérapie : Ces virus qui soignent

 

Il n'y a pas que les bonnes bactéries qui peuvent nous aider à conserver la santé. Les virus aussi !

La phagothérapie point son nez en 1917, nous montres que les virus ne sont pas toujours << méchants >>. Certains, appelés << bactériophages>> (étymologiquement, qui mangent les batéries) ou plus simplement phages pourraient être au contraire très utiles pour lutter contre certains germes spécifiques qu'ils attaquent facilement. Il représenteraient aujourd'hui une alternative à l'antibiothérapie.

 

Pneumonie et mucoviscidose

Eric Morello et laurant Debardieux, du département de microbiologie de l'institut pasteur, retracent les dernières expérimentations conduites dans les années 2000 ( Biofutur, avril 2010 ) : << Dans le cadre d'une pneumonie induite par la bactérie Klebsiella pneumoniae, l'administration par voie systémique ( sur des souris ) d'un bactériophage spécifique permet de diminuer jusqu'à 10 000 fois la quantité de bactérie détectées dans les poumons après sept jours d'infection. Une autre étude a été réalisée sur un modèle d'infection pulmonaire par la bactérie Burkholderia cenocepacia, particulièrement problématique chez les patients atteints de mucoviscidose.

 

Dans ce modèle, l'administration de phages permet de diminuer d'un facteur 100 le nombre de bactérie détectées dans le poumon après 48 heures de traitement. De plus, la diminution du nombre de bactéries induite par le phage permet de limiter le développement de la réponse inflammatoire qui, lorsqu'elle devient trop important dans le cadre d'une infection aiguë, peut également provoquer des dommages dans les tissues et aggraver l'infection proprement dites.

 

De nombreuses autres études cliniques sont en cours. Des essais de phase 1 sont notamment conduits au centre régional de traitement des blessures à Lubbock(Texas), en utilisant un cocktail (mélange) homologué de bactériophage orientés en particulier vers Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus et Escherichia coli. Une étude qui répond aux critères modernes de l'expérimentation a été récemment publiée. Elle montre qu'il est possible de traiter des infection rebelles aux traitements conventionnels.

La phagothérapie contre l’infection nosocomiale

  • 3 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Commentaires

  • PAUL marie-josé
    • 1. PAUL marie-josé Le mercredi, 02 Mai 2012
    bonjour, je suis touchée par un pseudomonas putida localisé dans les sinus . On soupçonne qu'il s'est propagé aux poumons , depuis 6 mouis je suis traitée par antibiotique de toute force et vous imaginez la résultante : échec et détérioration du système digestif et intestinal. Je vous remercie de me renseigner s'il vous plait sur les moyens de rencontrer le Dr DUBLANCHET ou tout autre praticien qui utilise la phagothérapie. Merci infiniment
  • Alain DUBLANCHET
    Bonjour,
    Vous pouvez me joindre via le site www.liencensuré".org
    Cordialement,
    Dr Alain DUBLANCHET
  • Tbilissi
    Si mon témoignage peut vous intéresser, voici l'adresse de mon site, où je fais le récit de mon voyage "thérapeutique" en Géorgie.
    Atteint d'une maladie nosocomiale : le staphylocoque doré, et afin d'échapper à l'amputation de ma jambe, je suis parti à Tbilissi afin de
    me soigner par la phagothérapie.

    htt://www.censuré/