Santé. Le gouvernement veut rembourser les soins « essentiels » à 100 %

C’était l’une des promesses phare d’Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle : instaurer le remboursement à 100 % des soins dentaires, d’optique et d’audioprothèses d’ici 2022. Agnès Buzyn, ministre de la Santé, travaille, depuis quelques semaines à sa mise en œuvre.

 

Lecteur texte pour malvoyant ci-desous :

 

 

Sante le gouvernement veut rembourser les soins essentiels 100

Le projet est sur le bureau de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, en guise de devoir de rentrée. Il consiste en l’instauration de « paniers de soins essentiels », selon les termes du ministère, couvrant les besoins des assurés et remboursés à 100 %, rapporte Le Parisien.

La mesure coûterait près de 4,5 milliards d’euros par an, l’équivalent du reste à charge supporté par les patients, soit 1,5 milliard pour les lunettes, 2,4 milliards pour les soins dentaires et 460 millions pour les audioprothèses.

Priorité aux frais dentaires

Pour la première étape, la ministre a reçu, au mois de juillet dernier, trois syndicats représentatifs des chirurgiens-dentistes. Le « panier » envisagé pour les soins dentaires comprend un meilleur remboursement des actes de base préventifs (détartrage…) et curatifs (caries, dévitalisations…). Le gouvernement veut aussi diminuer fortement le prix des prothèses.

Le ministère a engagé des négociations pour mettre en place une nouvelle convention tarifaire entre les professionnels et l’assurance maladie ainsi qu’une nouvelle grille de remboursement des soins. Pour parvenir à son objectif, Agnès Buzyn souhaite que les dentistes contribuent concrètement à la suppression du reste à charge annuel de 2,4 milliards d’euros.

Catherine Mojaïski, présidente de la CNSD, premier syndicat chez les dentistes, juge cet objectif irréaliste. « On n’a pas les moyens en France de supprimer le reste à charge sur toutes les prestations », a-t-elle confié au Parisien.

Les audioprothésistes prêts à faire un effort à certaines conditions

En septembre, la ministre poursuivra sa mission en recevant les syndicats d’audioprothésistes. Louis Godinho, président de l’Unaf, devrait proposer au ministère de retenir une offre « moyenne gamme, simple mais de qualité ». Les professionnels pourraient alors faire un effort jusqu’à 250 €, « à condition, dit-il au quotidien, que l’assurance maladie porte son remboursement à 370 €. Ainsi, le reste à charge de 1 000,00 € en moyenne passera à 500 € ».

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mardi, 22 Août 2017