Bing de Microsoft : une vitrine vidéo pour le porno ?

Déjà une petite polémique pour Bing à qui l'on reproche de faciliter l'accès à des vidéos pornographiques, à consulter sans quitter le moteur.

Apparu sur la Toile en début de semaine, le moteur de recherche Bing de Microsoft se retrouve au cœur d'une petite polémique, à priori promise à prendre de l'ampleur.

Notre blogueur national, Loïc Le Meur, exilé aux États-Unis, a notamment eu droit à quelques lignes dans un article publié par FOXNews.com après avoir comparé Bing à un site pornographique : " Essayez la requête sexe dans Bing, désactivez le filtre Search Safe et rendez-vous à la rubrique vidéo. Vous êtes maintenant sur un site pornographique sans quitter Bing ".

Évidemment, lorsque l'on désactive sciemment un tel filtre, le résultat obtenu n'est alors guère étonnant... Un responsable de Microsoft a d'ailleurs précisé que par défaut, Bing filtre les images et vidéos à caractère sexuel, et ce sont les utilisateurs qui décident de rendre caduc cette protection, voire de la rendre plus restrictive.

Ce mécanisme n'est d'ailleurs pas l'apanage de Bing, et il est en vigueur pour Google par exemple. Avec la recherche vidéo de Google, une requête " sexe " proposera du contenu filtré, et un lien disposé à droite du champ de recherche indique que " la fonction SafeSearch modérée est activée ". Ce lien permet de modifier le comportement du filtre.

Tout juste pourrait-on reprocher à Bing de rendre cette opération un tantinet plus simple pour des mineurs. Dans le cadre d'une requête à possible connotation sexuelle dans sa rubrique vidéo, Bing n'affiche en effet rien, et demande à l'utilisateur de désactiver la recherche sécurisée pour proposer des vidéos. Une incitation irrésistible ?


Le problème de la fonction Autoplay
L'autre point de critique concernant Bing et le contenu pornographique, tient à l'interactivité de sa recherche vidéo. Au passage du pointeur de la souris, les miniatures proposées dans les résultats s'animent, à savoir la lecture de la vidéo est amorcée dans la miniature, sans même donc quitter le moteur de recherche.

Selon le Nouvel Obs, cette interactivité inquiète les associations de protection de l'enfance car " elle permet de visionner une vidéo en passant outre les systèmes de contrôle parental ".

  • 3 votes. Moyenne 1.33 sur 5.