Google teste une voiture sans conducteur

Un "Google Car", destinées à recueillir les données pour le service Street View © Sipa

Décidément, Google est insatiable : voilà que le géant du Net envahit... le marché automobile ! Les Google Cars, destinées à recueillir les données pour le service Street View, ne sont pas les seuls véhicules sur lesquels planche la firme de Mountain View. De nouvelles voitures made by Google ont été repérées sur des routes californiennes : bardées de capteurs, leur conducteur ne... conduit pas. C'est l'ordinateur de bord qui prend toutes les décisions, à l'exception de la destination, entrée par l'utilisateur dans le GPS de la voiture. Sept voitures test ont ainsi été équipées par Google, et ont parcouru 1.600 kilomètres sans intervention humaine et plus de 225.000 kilomètres avec une légère assistance humaine, selon le New York Times.

Les voitures, des Toyota Prius dotées d'une barre de toit spéciale, parcourent les routes en s'arrêtant aux feux rouges, en marquant l'arrêt aux stop et en respectant la limitation de vitesse. Plusieurs comportements peuvent être sélectionnés pour l'intelligence artificielle, d'une conduite calme à une conduite agressive. En cas d'événement inattendu, le conducteur est averti par une voix féminine. Il peut reprendre le contrôle en appuyant sur un bouton rouge, ou simplement en appuyant sur le frein ou en tournant le volant.

Les ordinateurs conduisent bien... quand ils ne plantent pas

Avec leur système de capteurs qui "voient" à 360°, les ordinateurs réagissent plus rapidement et plus sûrement aux évolutions de la circulation, estime Google. Ils ne sont pas fatigués, distraits, ivres ou encore drogués. L'intérêt est triple, insiste le géant du Web : cela va permettre de sauver des vies, d'augmenter la capacité des routes et de réduire la consommation de carburant. En effet, les voitures pourront rouler plus près les unes des autres, et les constructeurs pourront alléger les carrosseries en fonction de la réduction des accidents.

Si Google arrive à augmenter la fiabilité des ordinateurs, qui "plantent" tout de même trop souvent pour leur laisser des vies entre les mains, alors la voiture autonome pourrait voir le jour dans les prochaines années. Pour le moment, Google maintient un conducteur derrière le volant en cas de besoin, ainsi qu'un ingénieur sur le siège passager.

 


  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !