Taser : avant le procès Besancenot, un nouveau recours

 

Samedi matin, le collectif Raidh (Réseau d’alerte et d’intervention pour les droits de l’homme), farouche adversaire du Taser, a déposé devant le Conseil d'Etat un recours contre le décret du 22 Septembre 2008 qui autorise qu'on équipe les 17 000 policiers municipaux du pays en pistolets à impulsion électrique.

Avant que ne tombe la réponse du Conseil d'Etat, c'est celle de la Justice qu'attend ce collectif dans le viseur de Antoine di Zazzo, le patron de SMP Technologies, PME qui commercialise le Taser en France. Avant d'attaquer Besancenot, l'Express et maintenant Martine Aubry, ce dernier avait en effet porté plainte contre Raidh pour « dénigrement de la marque » et « dépassement des limites de la liberté d’expression ».

Dans cette affaire, Raidh avait plaidé pour que le tribunal de grande instance de Paris juge son cas séparément de celui de Besancenot. Or le hasard du calendrier faisait que le délibéré devait tomber justement lundi 20 octobre, à 13h30... soit juste avant que ne démarre l'audience d'Olivier Besancenot, poursuivi cette fois pour « diffamation » par la même société Taser France.

Engorgement Taser au Palais de justice

Raidh a finalement été informé vendredi soir sans autre explication par le greffe que le délibéré de son affaire était reporté d'une semaine. Sans doute un effet de l'engorgement des procès Taser au Palais de justice: Antoine di Zazzo vient d'être mis en examen, jeudi, aux côtés de plusieurs policiers et détectives privés, dans l'affaire d'espionnage du même Olivier Besancenot.

Vendredi, le patron de SMP Technologies reconnaissait qu'il avait demandé « des vérifications » sur le leader d'extrême-gauche en vue du procès qui s'ouvrira lundi.

Chloé Leprince

Source ; www.rue89.com

 


Voir article Sarkozy importe le Taser en France

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !