Purge en Arabie saoudite, prince saoudien tué dans un crash

Purge en arabie saouditeLes comptes bancaires des personnalités saoudiennes arrêtées pour corruption présumée feront l'objet d'enquêtes et seront gelés, a annoncé dimanche le ministère de l'Information. "Tout bien et toute propriété liés à ces cas de corruption seront enregistrés comme propriété de l'Etat", a écrit le ministère sur un compte Twitter officiel, ajoutant que tous les biens "résultant de la corruption seront restitués à l'Etat".

Lecteur de texte ci-desous :

Le ministère a précisé que les transactions et les transferts bancaires "seront interdits" pour tout individu et institution concernés par les enquêtes, "quel que soit leur statut".

Des dizaines de princes, de ministres - actuels ou anciens - et d'hommes d'affaires ont été arrêtés en Arabie saoudite lors d'une opération anticorruption menée samedi soir, alors que le jeune prince héritier Mohammed Ben Salmane continue de renforcer son emprise sur le pouvoir.

Elle intervient en effet après la mise en place d'une nouvelle commission anticorruption présidée par le prince héritier, conformément à un décret royal.

Le célèbre milliardaire et homme d'affaires Al-Walid ben Talal fait partie des princes appréhendés, a indiqué une source gouvernementale à l'AFP.

Un prince saoudien tué dans le crash d’un hélicoptère près du Yémen

Le crash intervient au lendemain du tir d’un missile par rebelles yéménites et d’une purge inédite au sommet du Royaume saoudien.

Un prince saoudien a été tué dimanche dans le crash d’un hélicoptère dans le sud de l’Arabie saoudite, près de la frontière du Yémen en guerre.

«D’autres responsables» se trouvaient à bord de l’appareil, a ajouté la télévision d’Etat Al-Ikhbariya sur son compte Twitter sans évoquer leur sort. «Le prince Mansour ben Moqren, vice-gouverneur de la province d’Assir, est mort dans le crash».

 

 

 

 

 

La chaîne n’a pas révélé les causes du crash ni l’identité des autres responsables. L’hélicoptère avait disparu au-dessus de la province d’Assir avant de s’écraser.

 

 

 

 

Un missile visait l’aéroport de Ryad

Depuis 2015, l’Arabie saoudite intervient militairement au Yémen pour aider le pouvoir face aux rebelles Houthis qui contrôlent de vastes régions du pays dont la capitale Sanaa.

Samedi, l’Arabie saoudite a intercepté et détruit au nord-est de Ryad, près de l’aéroport international, un «missile balistique» qui provenait du Yémen, selon des responsables saoudiens.

Les rebelles yéménites Houthis, accusés d’être soutenus par l’Iran, ont revendiqué avoir tiré le missile d’une distance d’environ 750 kilomètres pour viser l’aéroport de Ryad. Il s’agit de la première attaque au missile balistique si proche de la capitale saoudienne.

Ryad accusé de bombardements aveugles

Mercredi, les Houthis ont accusé l’aviation saoudienne d’avoir bombardé un marché dans la localité de Sahar, dans le nord du Yémen, tuant une trentaine de personnes.

La coalition arabe a été à maintes reprises accusée de bombardements aveugles occasionnant des pertes parmi les civils. Ses commandants affirment tout faire pour minimiser ces pertes et accusent à leur tour les rebelles de se mêler aux civils ou de les utiliser comme «boucliers humains».

Nettoyage par le vide

L’annonce du crash est intervenue au lendemain dune purge sans précédent en Arabie saoudite, qui a vu l’arrestation pour corruption de dizaines de princes, ministres et hommes d’affaires et confirmé l’emprise croissante du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane.

Date de dernière mise à jour : lundi, 06 Novembre 2017

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !