Eau des

Un désherbant à base... d'eau de pluie

Un entrepreneur breton commercialise avec succès un désherbant à base d'eau de pluie.

Il n'a pas inventé l'eau chaude, mais la machine qui désherbe grâce à elle. A Saint-Jacques-de-la-Lande, en Ille-et-Vilaine, Jean-Pierre Barre, 55 ans, savoure sa réussite. Son entreprise Oeliatec, créée en 2010, est leader sur le marché européen des machines de désherbage écologique. Le procédé, protégé par plus de quinze brevets déposés, consiste à réchauffer de l'eau de pluie à 120 oC, puis à la pulvériser sous forme de gouttelettes sur les mauvaises herbes.

En 2005, cet ancien revendeur de produits phytosanitaires sent le vent tourner en faveur de méthodes respectant l'environnement. « Quand j'ai commencé à travailler sur ce projet dans mon garage, tout le monde m'a pris pour un fou. Moi, j'étais persuadé que l'utilisation des produits chimiques ne pouvait pas durer », explique-t-il. Le vote de la loi Labbé en 2014 lui donnera raison et lui ouvre un énorme marché, notamment celui des collectivités, qui ne peuvent plus utiliser des pesticides pour l'entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades ouvertes au public.

À la conquête de la vigne

Oeliatec propose aujourd'hui six machines différentes, électriques et silencieuses. Coût : entre 13 000 € et 100 000 € pièce. « Notre système nécessite trois passages par an contre deux pour les produits phytosanitaires et, surtout, il ne comporte aucun risque pour la santé », affirme Jean-Pierre Barre.

 

Cette année, le chef d'entreprise se lance à la conquête des marchés de la vigne, du maraîchage et de l'arboriculture. Avec en ligne de mire, d'ici trois ans, l'interdiction du très controversé glyphosate.

eau pluie désherbant invention

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !